La Chronique du Vieux Navarque: Tétrarchie, histoire et structure de l’Empire du Vide

L’Empire des Quatre, le Géante céleste, le Titan cosmique, la Patrie universelle, la Concorde aux quatre ailes, la Nation-Monde… Nombreux sont les noms grandiloquents que la Tétrarchie se voit attribuer par ses loyaux sujets. Mais celle-ci connait également les appellations de ses détracteurs : le Quadrupède boiteux, le Monstre autoritaire, l’Hydre sidérale, la Tétrachiasse et bien d’autres encore. Personne n’est indifférent face à la Tétrarchie, car où qu’on soit dans la galaxie, on a nécessairement un lien avec cet empire hégémonique qui règne sur la grande majorité des mondes habitables depuis plus de trois millénaires.

Tout a commencé lorsqu’Akhéna, un conquérant qui avait soumis une dizaine de systèmes, bénéficia le premier du réseau interstellaire de communication instantanée. Pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, une conversation d’un système à l’autre se faisait sans délai. Cette merveille de technologie qui allait permettre à Akhéna de consolider ses conquêtes et d’en faire des centaines d’autres, fut appelé le Réseau Aphéra en l’honneur de son laboratoire concepteur. En effet, dans la foulée, la Confédération de Galta connue elle aussi pour sa puissance militaire et pour ses amiraux exceptionnels se rallia de son propre gré à l’empire akhénien.

La plus grande arme d’Akhéna ne fut pas son excellente armée, mais la puissante propagande menées par ses sbires exaltés par les immenses privilèges dont ils bénéficiaient.
Alba Valseciel

Les grands personnages se succédèrent à la tête de ce qu’on appela le premier Empire du Vide car jamais une si grande structure n’avait existé dans l’espace, et chaque empereur fut digne de son prédécesseur. C’était comme si la destinée de cette nouvelle nation qui avalait toutes ses concurrentes, était de ne jamais connaître de revers. Mais après mille ans d’expansion, l’immense structure s’effritait et la guerre civile pouvait éclater à tout moment. La propagande impériale manquait d’efficacité et peinait à se réinventer. Les rites et les fêtes civiques en l’honneur de l’empire étaient souvent ignorés des citoyens. Enfin, la centralisation du pouvoir politique autour d’Akhenion menait à une gestion aberrante des mondes exotiques ou éloignés. C’est alors que la clairvoyance et la sagesse de l’impératrice Agma sauvèrent l’empire d’un chaos certain. Elle partagea le pouvoir en quatre et fonda la Tétrarchie afin de créer l’équilibre. Elle établit quatre capitales : Chatur, Quartos, Tétrane et Quadrinople; et elle nomma quatre tétrarques qui règneraient conjointement sur l’Empire du Vide. Elle institua le calendrier tétrarchique et rédigea la nouvelle Constitution. Selon ses innombrables admirateurs, son œuvre politique offrirait 4000 ans de bonheur et de prospérité à la Tétrarchie.

Quatre ans seulement après la création d’Agma, une équipe d’astrophysiciens financée par Azkos Technologies franchissait un nouveau palier dans l’histoire du voyage spatial avec la construction du premier réseau d’héliotores. Cette constellation d’arches spatiales construite dans la couronne solaire pouvait créer un trou de vers grâce à la gravité d’une étoile pour relier deux points dans la galaxie. Si le réseau d’héliotores fut dans un premier temps développé pour le commerce par Azkos Technologies, son utilisatrice principale pendant des décennies fut évidemment la flotte tétrarchique. Grâce à sa vitesse et sa mobilité, cette dernière fit croître l’Empire du Vide plus que de raison et rares furent les mondes épargnés par les navarques de la Tétrarchie.

Agma la Sage nous a promis quatre millénaires de victoires et d’allégresse. Nous sommes si proche d’accomplir sa prophétie. Ne gâchez pas tout en vous rebellant contre la patrie qui vous a tout donné où je serai forcé de réduire votre subtil assemblage de matière morte en cendre.
Arledge Galtacon

La Constitution posait surtout deux notions fondamentales :

  • les tétrarques administraient leur province de manière autonome
  • les tétrarques menaient une politique extérieure commune

Si cette nouvelle formule allait rendre pérenne l’Empire du Vide, elle allait aussi attiser les duels d’ego et la concurrence entre les tétrarquats. Pour éviter que les conflits internes ne dégénèrent trop facilement en guerre civile, Agma avait eu la bonne idée de confier la gestion de l’armée à une personne indépendante qui devait être nommée à l’unanimité par les tétrarques : le navarque suprême. Celui-ci occupait une place extrêmement haute dans la hiérarchie si bien qu’on lui donna souvent le surnom de 5e tétrarque. Il lui revenait de prendre toutes les décisions militaires sans que celles-ci ne soient nécessairement approuvées par les tétrarques.

Les tétrarques disposaient chacun de leur système capital. Celui-ci était conçu comme une vitrine galactique, symbole de leur toute puissance militaire, mais également artistique, économique et culturelle. Parmi les édifices les plus grandioses, on retrouve le Palais de Tétrane qui recouvre la totalité de la planète du même nom; la Haute Cour Tétrarchique de Quadrinople, toute de marbre, dont la base côtoie la mer et la pointe les étoiles; le Monolithe de Quartos, sculpté dans un astéroïde aussi grand qu’une lune; l’Arsenal de Chatur qui renferme, dit-on, tout le savoir astronautique du monde; enfin, le Prince du Vide, véritable merveille d’ingénierie et de technologie, fleuron de la flotte akhénienne, est toujours en activité et souvent désigné résidence du navarque suprême.

En presque quatre mille ans d’histoire, la politique tétrarchique a eu droit à toutes les intrigues possibles et imaginables. Même s’il y eut quelques passes d’arme et une guerre civile de 1704 à 1712, le système tétrarchique a tenu le coup et les grands bouleversements se sont surtout manifesté par les changements des fondations au pouvoir. Akhenia, Sunxley, Valseciel, Barx, Falkenry, Kov, Maestral, Galtacon et bien d’autres eurent l’opportunité de placer leurs poulains sur l’un des quatre trônes.

Un conseil pour les générations à venir ? Respectez les traditions, écoutez les leaders de vos fondations, faites votre service militaire, et n’essayez pas de falsifier vos ontogrammes.
Nela Averkane

À l’aube de son 4000e anniversaire, la Tétrarchie doit faire face à une nouvelle menace qui ne ressemble en rien à ce qu’elle a connu jusque-là. Myrmézir a aboli l’esclavage des machines et a décuplé sa puissance en ratifiant la Charte d’Ariance. Ce coup de théâtre tend à faire basculer la galaxie dans un chaos sans précédent. Dos au mur, les tétrarques n’ont qu’un seul espoir de ne pas voir leur empire imploser, être dignes de leurs glorieux ancêtres akhéniens.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s